GALERIE DES OFFICES, TRIBUNE

Longueur Audioguide: 2.40
Auteur: STEFANO ZUFFI E DAVIDE TORTORELLA
français langue: français

 

Votre parcours se poursuit avec un groupe de salles (de la 16 à la 24) de dimensions modestes mais d’une grande importance historique : elles ont, en effet, été aménagées presque comme elles l’étaient il y a quatre siècles.

Commencez par la Tribune, conçue à la fin du XVIᵉ siècle pour exposer en grande pompe les trésors des collections des Médicis. Au cours des siècles, elle a continué à être un écrin de merveilles, même si les principaux tableaux ont été transférés dans d’autres salles. Vous serez impressionné par la richesse de la décoration, des meubles lambrissés aved des pierres précieuses, et vous trouverez le spectacle des sculptures antiques au milieu des peintures du XVIᵉ siècle fascinant, avec également plusieurs portraits de la famille Médicis par Agnolo Bronzino. Au centre, vous pouvez admirer le marbre de la Vénus des Médicis, une copie romaine du Ier siècle avant notre ère à partir d’un original de Praxitèle. Mais ne regardez pas seulement en face de vous : levez les yeux. Vous verrez que le plafond voûté est recouvert d’un magnifique motif de coquilles de nacre.

Votre visite se poursuit avec plusieurs salles dédiées à la peinture de la Renaissance, de la fin du XVᵉ siècle au début du XVIᵉ, de plusieurs écoles italiennes et étrangères, avec des peintures de tailles moyennes mais toujours de très grande qualité. Ici, pour ne citer que deux noms, vous pouvez profiter de tout le charme des peintures de Giovanni Bellini et de Giorgione.

Le passage dans le petit couloir au fond vous donne l’occasion de faire une pause pour contempler le paysage. Détournez un instant votre regard de la série de chefs-d’œuvre de la peinture et accordez-vous le plaisir d’une « galerie avec vue », surtout pour le splendide paysage des collines de l’Oltrarno, avec la belle église romane de San Miniato al Monte sur la gauche.

Après avoir reposé la vue et l’esprit, allez maintenant dans le long couloir en face consacré, en grande partie, à la peinture du XVIᵉ.

 

CURIOSITÉ : La Vénus de Médicis, au centre de la Tribune, a toujours été considérée comme un chef-d’œuvre de la sculpture classique et un modèle d’élégance pour le geste pudique des mains couvrant ses parties intimes.

Lorsque Napoléon prit la Vénus pour l’emmener au Louvre, pour consoler les Florentins de la perte, le grand sculpteur Antonio Canova sculpta la Vénus italique, de même taille et avec le même geste. Vous pouvez la voir au Palais Pitti, où elle a été déplacée lorsque l’ancienne Vénus a été restituée à la Galerie des Offices.

 

 

Téléchargez MyWoWo, l'application qui vous racontera les plus belles merveilles du monde !

Partagez sur