PALAZZO VECCHIO, PREMIER ÉTAGE

Longueur Audioguide: 2.56
Auteur: STEFANO ZUFFI E DAVIDE TORTORELLA
français langue: français

En plus d’être un grand monument historique et artistique, le Palazzo Vecchio est aujourd’hui l’hôtel de ville de Florence et abrite de nombreux services publics. C’est pour cette raison qu’il dispose de plusieurs accès, sur tous les côtés, même si vous entrerez par la façade principale, entre les répliques des statues du David de Michel-Ange et de la Judith de Donatello.

La cour carrée vous étonnera par son contraste avec la sobriété de la façade. Lorsque, dans la seconde moitié du XVIᵉ, le grand-duc François de Médicis épousa Anne d’Autriche, la cour fut refaite par le célèbre architecte et peintre Giorgio Vasari, dont vous avez peut-être entendu parler car il a écrit les biographies de nombreux artistes italiens. Pour cette occasion, Vasari recouvrit les colonnes et les murs de la cour de graffitis, fresques, reliefs et dorures, en la transformant presque en une scène de théâtre.

Sur la gauche, avec un accès indépendant, vous pouvez visiter la Salle d’Armes, ancien arsenal civique où étaient conservées les armes qui étaient distribuées aux citoyens en cas de besoin. C’est la seule salle du palais qui a conservé son aspect gothique du début du XIVᵉ siècle. De là, vous arrivez dans la Cour de la Douane d’où part le grand escalier, conçu par Vasari, qui vous conduit dans les appartements monumentaux.

Et vous voici arrivé dans le gigantesque Salon des Cinq-Cents, siège des réunions du conseil municipal, modifié par la suite pour accueillir les audiences accordées par François Ier. Giorgio Vasari construisit à cet effet la tribune surélevée, avec plusieurs statues du XVIᵉ siècle. Regardez ce plafond spectaculaire, avec ses 42 compartiments peints et intégrés dans un riche cadre doré. Parmi les statues aux murs, vous devez observer attentivement un chef-d’œuvre de Michel-Ange, le Génie de la victoire, qui avait été modelé pour le tombeau du pape Jules II, mais qui fut ensuite donné à la République florentine. Les fresques sur les murs sont aussi de Vasari et de son atelier, et représentent des épisodes militaires de l’histoire florentine.

Dans un coin du salon, ne manquez pas le petit et précieux Cabinet de François Ier, un endroit privé raffiné, presque un coffret avec des statuettes, des boiseries, des peintures et des fresques réalisées vers 1570 toujours sous la direction de Giorgio Vasari.

 

CURIOSITÉ : On suppose depuis de nombreuses années que derrière la fresque dénommée Bataille de Marciano della Chiana de Giorgio Vasari se cache, protégée dans un interstice, la Bataille d’Anghiari de Léonard de Vinci.

Vasari voulait ainsi protéger la fresque du maître. En effet, si vous regardez bien l’œuvre, vous pouvez lire sur l’étendard d’un soldat, l’inscription : Cherche Trouve. Dan Brown en parle aussi dans son roman Inferno.

Téléchargez gratuitement MyWoWo, l'application qui vous racontera les plus belles merveilles du monde !

Partagez sur