JARDIN KOISHIKAWA KORAKUEN, PRÉSENTATION

Longueur Audioguide: 2.48
français langue: français

Bonjour, je suis Jeff, votre guide personnel et, avec MyWoWo, je vous souhaite la bienvenue à la découverte de l’une des merveilles du monde, le jardin Koishikawa Korakuen, l’un des plus anciens et poétiques de Tokyo.

Le jardin Koishikawa Korakuen est considéré comme un monument national et c’est l'un des endroits les plus visités de la ville.

Le merveilleux jardin, composé de lacs, d’étangs, de vieux ponts, de lanternes et de monuments est l'un des deux seuls jardins féodaux de l'époque Edo de Tokyo à avoir survécu jusqu’à nos jours. Tokugawa Yorifusa en a commencé la construction en 1629 avant que son fils Tokugawa Mitsukuni prenne la relève. Ces deux personnages faisaient partie du clan des seigneurs féodaux de la famille Tokugawa Mito qui régnaient sur Edo.

Le nom Korakuen dérive d'un poème chinois du même nom qui encourageait le souverain à profiter de la vie seulement après avoir réalisé le bonheur de son peuple. Koishikawa, en revanche, est le nom du district de Tokyo dans lequel il se trouve.

Le parc a été conçu dans le style traditionnel japonais qui tente de reproduire des paysages célèbres en miniature, en utilisant des étangs, des pierres, des arbres et des collines artificielles. La particularité du Koishikawa Korakuen est qu'à l'intérieur se trouvent aussi des reproductions de paysages chinois.

Dans le parc, qui s’étend sur plus de 60 000 mètres carrés, un réseau de sentiers et de ponts vous emmèneront entre les cerisiers, érables, pruniers, azalées et de nombreuses espèces de fleurs plantées le long des étangs, des ruisseaux et des criques. La zone appelée « des huit ponts » est particulièrement intéressante : vous pourrez presque y marcher sur l'eau, en empruntant huit petits ponts, qui vous permettent d'admirer les nombreuses plantes aquatiques.

Le jardin comprend également une zone avec une chute d'eau douce artificielle, une petite forêt de ginkgo presque cachée à proximité d'un coin du parc et, à l'arrière, une petite rizière.

Déjà en 1874, l'empereur Meiji accueillait dans ce jardin ses invités étrangers, mais vous devez savoir qu’il ne fut ouvert au public qu’en 1938, car il se trouvait auparavant sous la juridiction du ministère de l’armée comme faisant partie du site de l’Armée de Tokyo : vous y trouverez en effet des restes d'artillerie.

 

Curiosité : l'immense bâtiment en forme de dôme blanc que vous voyez en arrière-plan, le long d'un côté du jardin, est le Tokyo Dome, qui est le plus grand stade de baseball à Tokyo, le sport le plus apprécié des Japonais.

Téléchargez MyWoWo, l'application qui vous racontera les plus belles merveilles du monde !

Partagez sur