ACADÉMIE CARRARA, SALLE 1

Longueur Audioguide: 2.45
français langue: français

Vous trouverez dans cette salle un petit tableau très précieux, le Portrait de Lionel d'Este, marquis de Ferrare, peint en 1441 par Pisanello, l'un des plus grands peintres du début de la Renaissance.

Vous remarquerez que le profil du visage ressemble à celui des pièces de monnaie. Pisanello était en effet un médailleur renommé en son temps. Admirez les détails les plus infimes du visage, ou les dessins et les broderies du précieux tissu. Le rosier en arrière-plan fait référence au jardin d'Eden.

 

Passez maintenant à la Vierge à l'enfant d'Andrea Mantegna, tableau que le célèbre peintre a réalisé autour de 1475, après avoir achevé la célèbre chambre des époux à Mantoue.

Cette œuvre fait partie d'un ensemble de Vierges à l'enfant de petit format que Mantegna avait réalisé pour des commanditaires privés et non pour des lieux sacrés.

Les deux figures en premier plan semblent en relief. L'atmosphère semble inquiétante : bien qu'ils s'embrassent affectueusement, les personnages ne se regardent pas. La mère semble deviner le futur de son fils et lui, dans son expression triste, son chemin difficile. Le bracelet de corail rouge qu'il porte au poignet est en effet un symbole de la Passion du Christ.

Arrêtez-vous un instant pour observer le résultat de la technique à la tempéra utilisée par Mantegna. Il utilisait un magnifique bleu extrait du lapis-lazuli, en broyant le précieux minéral provenant d'Afghanistan.

Vous pourrez comparer cette œuvre avec une autre Vierge à l'enfant présente dans cette salle, celle de Carlo Crivelli, peinte à la fin du 15ème siècle.
Les couleurs vives et la présence de plantes, de fruits et de légumes ainsi que les figures de la Vierge et de l'enfant vous surprendront.

Le tableau est riche en symboles : la pomme qui se trouve dans la main de l'enfant est celle du péché originel. L'œillet et la cerise, avec leur couleur rouge sang, rappellent la Passion, et le concombre indique la Résurrection. La toile rouge qui sépare les deux personnages du paysage fait de routes qui s'immiscent entre les arbres rappelle la division du monde divin et du monde terrestre.

 

Curiosité : Pour ne pas que s'estompe la couleur fragile de la Vierge à l'enfant de Mantegna, une toile de lin est constamment tendue par des pinces insérées dans le cadre.

Téléchargez MyWoWo, l'application qui vous racontera les plus belles merveilles du monde !

Partagez sur